Présentation de jeu - Cyberpunk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation de jeu - Cyberpunk

Message par Acher le Sam 4 Nov - 14:59

Quelques vidéo ...

https://www.youtube.com/watch?v=B2DYV8griB4
https://www.youtube.com/watch?v=0AbA7cimaZs

https://www.youtube.com/watch?v=U_YvAzFYxqM

Description :

Cyberpunk est le premier jeu de rôles à exploiter le thème littéraire du même nom. Il est donc fortement inspiré des romans de William Gibson, Walter Jon Williams, Bruce Sterling, Allec Effinger, Pat Cadigan, etc. L'expression "cyberpunk" vient du mot cybernétique, la science de la communication entre l'homme et la machine, et du mot "punk" : mouvement musical et social du début des années 80 ayant lancé le slogan No future. Le mélange des deux nous plonge dans un futur proche et sombre, où la technologie est omniprésente tandis que la décomposition sociale atteint son paroxysme.

Tandis que la première édition de Cyberpunk se situait en 2013 et dépeignait un univers d'anticipation basé sur les romans "cyberpunk" mais finalement assez proches du monde contemporain, la seconde prend place en 2020. Les corporations y dirigent le monde depuis leurs citadelles de verre tandis que la dernière mode consiste à s'implanter des systèmes électroniques pour se rapprocher de la machine. Quant aux pirates informatiques, ils connectent directement leur cerveau aux ordinateurs pour pénétrer une réalité virtuelle globale qui représente le réseau mondial : la matrice. La violence transforme certains quartiers urbains en zones de combat où il ne fait pas bon s'aventurer la nuit. Les joueurs peuvent y incarner des rebelles de ce monde devenu fou, cherchant à survivre dans la jungle urbaine.

Cyberpunk 2020 propose une zone particulière pour jouer : Night City, une cité californienne fictive bâtie dans le futur entre San Francisco et Los Angeles. Cette ville nouvelle est l'incarnation du monde cyberpunk : l'innovation technologique côtoie la pire des misère, et les requins sans scrupules des corporations vivent dans des quartiers protégés par des milices surarmées, à deux pas des zones de combat grouillant de gangs, de criminels et de drogués. Cyberpunk ne se limite pas à Night City néanmoins, et de nombreux suppléments décrivent l'état du monde, y compris le système solaire qui commence à être colonisé.

Les personnages peuvent appartenir à neuf catégories : les Rockerboys (star de la scène), les Solos (techno-guerrier, mercenaire ou simplement tueur à gage), les Netrunners (pirate informatique), les Médias (reporter, journaliste), les Nomades (rebelle motard), les Corporates (businessman, ou employé d'une grande compagnie), les Techies (bricoleur ou scientifique maîtrisant les domaines des hautes technologies), les Fixers (intermédiaire, criminel, dealer), les Cops (agent des forces de l'ordre).

La troisième version du jeu se déroule dans les années 2030. Après une guerre corporatiste qui fait table rase du monde de Cyberpunk 2020, déjà évoqué dans la campagne inachevée de Firestorm, le monde n'a plus rien à voir. Le réseau informatique s'est effondré suite au Datakrash et est désormais cloisonné en petits sous-réseaux isolés les uns des autres. Les grandes corporations se sont transformées en organisations criminelles, et les gouvernements... quels gouvernements ? En parallèle, des cultures alternatives se sont érigées en véritables nations communautaires. Ce sont les six grands "altcults" :

Edgerunner, les "cyberpunk" de l'ancienne génération ont la peau dure. Ils sont adaptables, adeptes des nouvelles technologies, et maîtrisent complètement l'environnement urbain.
Reef, des hommes génétiquement modifiés pour vivre sous l'eau et y développer une forte culture guerrière.
Desnai, des descendants d'une culture corporatiste à la "Walt Disney" (d'où le jeu de mot), ils vivent désormais dans des enclaves ressemblant à des parcs d'attraction et sont experts en robotique.
Rolling State, les descendants des nomades ont construit d'immenses villes roulantes avec lesquelles ils sillonnent les grandes plaines des USA.
Riptide, les habitants des plateformes flottantes autour de Tokyo, transformées en cités flottantes itinérantes, ils sont non-violents et recherchent l'harmonie avec la nature.
Corpore Metal regroupe les cyborgs qui ont abandonné derrière eux leur corps organique. Pour s'affranchir de la déconsidération et de leur quasi-condition d'esclave, ils se sont regroupés loin de ceux qui les ont tant fait souffrir.

Chaque altcult est fourni avec un jeu de quatre modèles prétirés afin de faciliter le départ du jeu.

La troisième édition de Cyberpunk introduit également le concept de "Meta Character" qui permet de représenter des organisations à la manière d'un PNJ. Le Meta Character englobe un profil avec des troupes, des moyens, des véhicules, et trois personnages clés : le cerveau, la main droite, et la main gauche. Il peut s'agir d'une corporation, d'un club, d'un gang, etc. Des feuilles permettent de tenir en compte l'évolution des effectifs de l'entité au fil des aventures. Un nouveau concept apparait également : le giri. Tiré du japonais, cela représente le degré d'obligation qu'une communauté a vis à vis d'un personnage. Cela permet notamment d'accéder à des lieux, des informations, des ressources... Et il faudra rendre un sacré paquet de services à Desnai pour avoir assez de points de giri pour un mecha.

Le piratage informatique a une importance cruciale dans le jeu. Dans la première édition, il s'agissait de parcourir le réseau d'une entreprise, en bataillant à chaque noeud pour prendre le contrôle de l'imprimante ou obtenir des données confidentielles. Dans CP2020, la matrice est devenue virtuelle : les netrunners, pirates du réseau, se battent à travers un avatar mental contre des représentations spectaculaires des programmes de défense, souvent très dangereux. Le réseau mondial est représenté comme une vaste réalité virtuelle. Après le datakrash qui vit l'effondrement de ce réseau, et la renaissance de multiples petits réseaux locaux, le piratage a redémarré "à l'ancienne", avec la nécessité de s'introduire dans les locaux de la cible. Les programmes ont donc évolué et peuvent piloter des pièges physiques : canons automatiques, constructs de nanotechnologie pouvant prendre forme à tout moment, etc.

Outre leur culture, les personnages sont définis par un jeu de caractéristiques sur 10 : Reflexes, Dexterity (l'agilité), Constitution, Strength, Body (la taille et le poids), Movement, Intelligence, Willpower, Cool (sang-froid), Technique (affinité avec la technologie). Elles peuvent être achetées avec un total fixe de points déterminé par le meneur de jeu selon le niveau qu'il veut donner au personnage, ou aléatoirement. Des caractéristiques secondaires permettent de déterminer des valeurs telles que la vitesse de course, la chance, le score de blessure, ou encore l'humanité qui représente la déshumanisation d'un individu par la modification de son corps avec la cybernétique.

Le système de jeu de la troisième édition est dérivé du système Fuzion. Pour chaque jet, on additionne une caractéristique, une compétence (chacune sur 10) et ajoute 1D10. Le résultat doit être supérieur à un facteur de difficulté fixé par le MJ. Le système de combat est baptisé Friday Night Firefight et privilégie l'action violente. Les dégâts peuvent être étourdissants ou mortels.

Le jeu a évolué en fonction des périodes : la première version était conçue pour être jouée en 2013, la seconde en 2020. De cette façon, le background a pu évoluer pour essayer de rester cohérent avec l'évolution de l'actualité. Parmi les sources d'inspirations du jeu, on peut également citer Blade Runner, le film de Ridley Scott. La version de 2030 est plus proche de romans de Neal Stephenson comme Samouraï Virtuel ou l'Age de Diamant.

D'autres éditeurs que R.Talsorian ont participé au développement de la gamme de la deuxième édition : Atlas Games a produit de nombreux scénarios de petite taille, et Ianus Publications, basée au Canada, a construit un background alternatif Alternate Realities développant les côtés psychologiques sinistres du monde en lui conférant une ambiance plus gothique, mais également introduisant des éléments de fantastique : vampires, loups-garous, pouvoirs psychiques, magie...

En pratique :

Nous avons à faire à un jeu cru, rugueux et assez réaliste : de plus certains éléments proche de notre réalité actuelle et de ses tendance fait froid dans le dos. Le système de règle est un peu lourd ... c'est probablement le point noir du jeu, pour autant l'univers et la jouabilité est super. C'est typiquement le genre d'univers ou l'erreur de jeu se paye cash et peut-être mortel. L'univers à retenir est très typé blade runner.

Le jeu est à différentier de Shadowrun qui mêle de la magie, des elfes etc etc ... dans un mash-up flasque, non intégré à Cyberpunk : ce qui permet de ne pas compromettre les lignes de force du jeu.

Ca reste un jeu très plaisant, même si un peu old-school, qui vaut le coup d'être essayé, au moins pour du one-shot ou de la mini campagne.

Acher

Messages : 65
Date d'inscription : 05/03/2016
Age : 42
Localisation : Miramas

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum