Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Sondage
Janvier 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.


    Partie 2 - Le tonneau de la morte - fin (résumé).

    Aller en bas

    Partie 2 - Le tonneau de la morte - fin (résumé).

    Message par Bonisagus (David) le Lun 10 Déc - 0:05

    Partie du samedi 8 décembre 2018.

    Joueurs présents :
    - Matthieu (William - Grangrel anglois).
    - Florian (Ramon – Ravnos issu des gens du voyage).
    - Julien (Pierre d'Astier – Brujah chevalier arlésien).
    - Quentin (Hélion – Cappadocien médecin).
    - Michael (Flora - Lasombra arlésienne).

    Si j'ai oublié des événements, ou si j'en ai travestis certains, n'hésitez pas à me rectifier.

    Remarque : Rodolphe est considéré comme un saint par beaucoup de gens, mais l'église arlésienne ne veut pas hâter les choses : un procès en canonisation ne peut avoir lieu que des années après la mort d'un hypothétique candidat à la sainteté, et certainement pas de son vivant. Pas contre, concernant Marie, c'est en bonne voie ...

    Remarque : La tradition pour certaines familles pieuses du sud de la Provence de mettre leur mort dans un tonneau à destination des Alyscamps est tombée en désuétude ces derniers siècles, et d'avantage encore ces dix dernières années (suite au transfert des reliques de saints qui étaient conservées aux Alyscamps à la basilique Saint Trophime). Cette tradition ancienne continue tout de même de subsister, et l'histoire de la sainteté de Rodolphe et de Marie va peut être la relancer ...

    Mai 1164.

    Trois mois ont passé depuis que Rodolphe a ramené le corps de la sainte "Marie du tonneau" avec ceux de vingt sans repos, et qu'il est devenu le gardien des Alsycamps.

    Les Pjs sont réunis dans la demeure familiale des Astier en Arles. Arrive alors Rodolphe qui demande à parler à Pierre d'Astier, puis à l'ensemble des Pjs lorsqu'il se rend compte qu'ils sont tous là.

    Depuis qu'il est devenu le gardien des Alyscamps il y a trois moi de ça, beaucoup de gens viennent le voir pour le rencontrer ou se recueillir devant le sarcophage de Marie (son nom était gravé sur une plaque de bois que l'on a retrouvé dans son tonneau).

    Certains de ces pèlerins ont déjà eu dans leur famille des morts que l'on a mis au tonneau, et ils en profitent pour venir se recueillir sur la tombe de leur défunt (en fait sur l'une des tombes communes où sont empilés les sarcophages, et ce parfois sur plusieurs mètres).

    Hors un certains nombre de ces familles ne trouvent pas les dépouilles de leurs défunts (la liste est consultable dans l'église Saint Honorat des Alyscamps). Rodolphe craint donc que ces tonneaux ne soient interceptés sur le fleuve et pillés. Les tonneaux manquants sont tous issus de villes et villages situés en amont de Tarascon (Vallabrègue, Comps, Barbentane, Aramon, Avignon …. et ce jusqu'à Valence).

    Les Pjs se rendent donc à Tarascon (dans la confortable roulotte de Ramon). Ils s'y entretiennent avec le bailli qui leur indique un marécage au nord d'Arles le long du Rhône (la faute selon lui au comte de Provence qui ne le fait plus entretenir depuis des décennies). Pierre s'entretient lui avec Savier (l'ancien copain des soirées imbibées de Rodolpe) qui lui confirme l'existence de marécages suite au non entretien des berges du Rhône, mais également la présence des ruines d'une ancienne tour de gué romaine.

    Les PJs se rendent ensuite à Beaucaire en prenant l'une des barques (conduite par l'un des contacts de Ramon) pour s'entretenir avec le caïnite responsable du domaine : Galburge (à qui ils rendent visite une fois par saison environ, notamment lors des célèbres foires de Beaucaire). Celui-ci les autorise à aller enquêter dans le marécage.

    Arrivés au marécage, ils aperçoivent une sorte de feu follet. L'instant d'après une épaisse brume se lève, puis ils se sentent aspirés par la vase des marécages. Ils parviennent à s'en extraire (notamment grâce à la force surnaturelle du chevalier d'Astier) et choisissent d'emprunter les vestiges d'une ancienne voie romaine (après que Ramon se soit entretenu avec un rat local).

    Ils débouchent donc sur les restes d'une tour romaine modifiée depuis pour en faire une habitation. Derrière la tour, en direction du Rhône, flottent des dizaines de tonneaux pris dans la végétation, ouverts. La tour étant fermée, les Pjs décident donc de la défoncer avec un bélier de fortune.

    Lorsqu'ils reviennent devant la tour, armés de leur bélier (un tronc d'arbre), celle-ci est protégée par 5 étranges individus silencieux équipés d'épées longues, de boucliers, et de cottes de mailles (équipement qui a visiblement bien vécu). Le combat débute alors. Pierre use de son épée longue, William de ses griffes, Flora de sa domination, Hélion de sa Nécromancie, et Ramon de son jeu de jambes.

    Alors que William et Hélion vont porter secours à Ramon (bloqué dans le Rhône par un de leurs adversaires qui semblent être non humains), Pierre et Flora sont eux confrontés au maître des lieux, un individu en robe de bure armé d'une faux.

    Alors qu'il essaye d'utiliser une forme de magie sur Pierre, Flora lui ordonne de jeter sa faux, et Pierre s'empresse de le trucider, sans autre forme de procès. Ils sont ensuite rejoints par Ramon, William et Hélion.

    Ils fouillent la tour dans laquelle ils découvrent un laboratoire de nécromant, trois livres codés, et un journal. Ils découvrent également des dizaines de corps immergés tout autour de la tour (dont certains très fortement décomposés).

    Les Pjs se rendent ensuite chez le bailli pour lui annoncer qu'il s'agissait en fait de brigands qui faisaient un trafic de corps (sans doute pour les vendre à des étudiants en médecine, l'église interdisant ce genre d'étude). Le bailli les remercie grandement, surtout de ne pas ébruiter cette triste affaire (il risquerait de perdre sa place). Il accepte de leur confier des chariots pour convoyer les corps jusqu'à la nécropole des Alyscamps (de nuit, pour ne pas se faire remarquer), afin que les morts puissent trouver le repos.

    Ils se rendent ensuite à Beaucaire où Galburge les félicite pour leurs actes. Il accepte, pour les remercier, de leur confier la tour romaine et ses alentours (il s'agit donc d'une sorte de "domaine" à l'intérieur de son propre domaine), et les autorise à se nourrir sur les habitants de Tarascon avec parcimonie (car Tarascon, contrairement à Beaucaire, ne possède que quelques centaines d'habitants).

    Galburge rajoute, avec une pointe d'humour, que maintenant qu'ils ont neutralisé ce trafic de corps. il ne faudrait pas qu'un cappadocien des environs se trouve à court de sujets d'études...

    De retour aux Alyscamps, ils confient les corps à la charge de Rodolphe. Le lendemain ils retournent voir Rodolphe. Les inhumations ont commencé. Ils y rencontrent Dame Hygia qui les félicite pour avoir retrouvé tous ces corps et leur permettre ainsi d'être enterrés dans la terre consacrée des Alyscamps comme ils le souhaitaient.

    Les Pjs lui racontent alors la vérité. Elle fait tout de suite le lien avec son ancienne goule et assistant : Thibert. Cette goule s'était enfuie il y a 50 ans, après lui avoir dérobé plusieurs effets (trois livres et une faux) suite à une dispute (Thibert voulait être étreint, ce que Dame Hygia lui refusait). Cela pose une question : comment cette goule a-t-elle fait pendant 50 ans pour se nourrir de sang caïnite ? Elle leur donne alors rendez-vous le lendemain soir à la maison des Astier pour qu'ils soient enfin reconnus comme ils doivent l'être.

    Le lendemain elle les rencontre donc. Pour leurs actes, Dame Hygia leur offre un domaine en dehors d'Arles (Arles est réservé à son conseiller qui semble avoir beaucoup d'influence décidément) :
    - le village de Saint Etienne du Grès (bâti en contrebas des Alpilles).
    - la forêt de pin des Alpilles qui se trouve aux abords de Saint Etienne du Grès.
    - les terres cultivables au nord de Saint Etienne du Grès.
    - la carrière abandonnée située non loin de Saint Etienne du Grès en bordure des Alpilles sur le site de Saint Gabriel.

    Note : La carrière abandonnée de Saint Gabriel se trouve à 3 kms à l'est de Saint Etienne du Grès. Cette carrière se trouve au croisement des trois voies romaines de la région : la via aurelia (qui va à Salon), la via agrippa (qui va à Avignon), et la via domitia (qui va à Saint Rémy puis Cavaillon). Au niveau de la carrière abandonnée débouchent aussi la voie qui va à Arles (à 2h30 de marche environ), et celle qui va à Tarascon (à guère plus d'1h de marche). A l'est de la carrière Saint Gabriel se trouvent des marécages qui s'étendent sur un vingtaine de km² jusqu'au Rhône à l'est, à Arles au sud, et à Tarascon au nord. Une petite communauté vie sur le site de la carrière abandonnée (ils vivent de pêche dans les marécages, d'un peu de vannerie ...).

    Ces formalités faites, Dame Hygia récupère alors sa faux et ses trois livres de nécromancie, ce à quoi s'oppose Hélion qui lui rétorque qu'elle les a déjà perdu une fois. Déconcertée par le culot de ce nouveau-né qui ose lui tenir tête, faisant fi du respect et de l'obéissance qu'il doit aux anciens (et surtout à Dame Hygia dont il est le vassal), elle accepte de les lui céder pour les étudier. Il devra ensuite les lui ramener.

    Après le départ de Dame Hygia, débarque la femme de Roger (le deuxième employé de Pierre). Elle est inquiète pour son mari. Depuis son retour du village de pêcheurs des Sainte Maries de la mer où il était allé comme chaque année visiter sa famille, il a changé. Il ne vient plus travailler (c'est elle qui doit se taper toutes les taches domestiques qu'il accomplissait avant dans l’hôtel particulier de la famille Astier) et a la folie des grandeurs : il se rase de près, se parfume, s'habille tel un riche bourgeois, et disparaît toute la journée pour ne revenir que tard le soir.

    Interlude (on partira de là la prochaine fois) : Après le départ de Dame Hygia, les Pjs jettent un œil au journal de Thibert. Celui-ci y décrit ses réussites et ses échecs. Parfois plusieurs années se passent sans qu'une note ne soit écrite. Il y parle parfois d'une « oulurgue » avec qui il est parfois en commerce, et parfois en conflit … Et tout semble indiquer que les années passant Thibert est devenu complètement fou, victime d'hallucinations, de délire des grandeurs, d'un sentiment de toute puissance ...

    Bonisagus (David)

    Messages : 329
    Date d'inscription : 23/10/2016
    Age : 50

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum